Les courts métrages de la série Donald Duck

Vous trouverez sur cette page la liste officielle de tous les courts métrages de la série Donald Duck qui s'étend de 1937 à 1961.


Présentation du personnage

par Pierre-Toussaint

En ce début des années 1930 les cartoons Disney connaissent un succès vif et mérité. La série des Mickey Mouse, lancée en 1928 et celle des Silly Symphonies, l'année suivante témoignent d'une beauté graphique exceptionnelle et d'une grande originalité scénaristique. L'oeuvre de Walt Disney, à cette époque, constitue accessoirement un excellent dérivatif psychologique pour le peuple américain aux prises avec une situation économique des plus tragique. Son nom allait pratiquement devenir une marque de fabrique dans les années à venir.

En 1930, Mickey devait même effectuer ses premiers pas en littérature. Ce qui en dit long sur la popularité du personnage. Toutefois au sein des studios, les choses sont beaucoup plus délicates. Ub Iwerks, collaborateur et ami de Walt Disney, également co-créateur de Mickey, le quitte en 1930 suite à un désaccord, fonde son propre studio et lance un nouveau personnage nommé Flip The Frog dont le succès sera modeste.

Privée d'un animateur aussi inventif la production de la série Mickey Mouse en souffre grandement du moins au départ. Opiniâtre, Walt Disney engage rapidement une nouvelle équipe d'animateurs pour tenter de conserver le succès dont il est désormais coutumier. L'expérience se révèle positive. Néanmoins la personnalité de Mickey subit un changement important. La souris espiègle des débuts laisse la place à une souris bien éduquée et plus posée mais aussi moins drôle. Si ses aventures restent plaisantes et s'il reste très attachant, Mickey s'est assagi et il est évident que son potentiel comique a diminué.

C'est alors que Walt Disney et son équipe ont l'idée astucieuse d'entourer Mickey d'un certain nombre de personnages amicaux tout aussi hilarants les uns que les autres pour étoffer ses aventures. On dénombre parmi eux Minnie Mouse, fiancée de notre héros qui l'accompagne depuis toujours, Horace Horsecollar, Clarabelle Cow et Clara Cluck. Un chien sera bientôt attribué à Mickey en la personne de Pluto. En 1932, Dingo fait à son tour sa première apparition mémorable.

Walt Disney n'entend pas s'arrêter là. Ayant passé son enfance à la campagne, dont d'évidentes allusions parsèment son oeuvre, il souhaite vivement la présence d'un canard dans le cercle d'amis de sa célèbre souris. En 1931, dans un livre intitulé "The Adventures of Mickey Mouse", un canard répondant au nom de Donald et ami de Mickey est vaguement évoqué mais son implication en reste là. Un an plus tard, dans une nouvelle édition de cet ouvrage un canard, vêtu d'une sorte de salopette, apparaît brièvement sur l'arrière plan d'une illustration présente dans le recueil (prototype vraisemblable de la future vedette palmipède).

Le personnage se précise progressivement, mais un élément manque encore: sa voix. L'importance que Walt Disney accorde à la voix de chacune de ses créations est capitale et la chance va lui sourire. Lors de l'audition d'une émission radiophonique vantant les mérites d'une compagnie laitière, Disney porte toute son attention sur un comédien se livrant à la savoureuse imitation... d'une chèvre. Cet imitateur se nomme Clarence Nash. Il est né le 07 Décembre 1904 à Watonga dans l'Oklahoma et il ignore la prodigieuse contribution qu'il va apporter au monde du dessin animé. Walt Disney insiste ardemment pour le rencontrer et ne tarde pas à l'engager.

Clarence Nash et Donald

Probablement pour souligner l'appartenance d'un canard à un milieu aquatique ou plus simplement pour qu'il soit facilement reconnaissable, Disney et son équipe décident de le vêtir d'un costume de marin bleu et achèvent ainsi de peaufiner ce nouvel arrivant dans leur sympathique bestiaire.

Le 09 Juin 1934 dans le court-métrage The Wise Little Hen de la série des Silly Symphonies, le public découvre enfin ce mystérieux camarade. Dans cet épisode une petite poule sollicite aimablement l'aide d'un cochon du nom de Peter et celle de son ami Donald Duck pour cultiver et ensuite récolter le fruit de son jardin. Peu enclin à lui venir en aide les deux compères prétendent être atteint de maux de ventre abominables. Découvrant la duperie, la brave gallinacée joue un tour à sa manière aux deux fainéants avec une belle leçon de morale à la clé.

Donald apparaît là comme un canard avenant aussi bien dans son apparence que dans ses manières. Même si la paresse est présentée comme son principal défaut, il possède déjà un capital sympathie très important accentué par l'impressionnante performance vocale de Clarence Nash. Mais pour l'heure rien ne le prédestine encore à devenir un personnage de premier plan.

Désireux de l'intégrer à l'environnement de Mickey, Disney fait réapparaître Donald le 11 Août 1934 dans Orphan's Benefit où Mickey organise un concert en faveur d'un orphelinat. C'est ici que son mauvais caractère explose au grand jour face aux innombrables facéties que cette horde de bambins lui fait subir. Cette extrême susceptibilité quasi permanente ne cessera d'être mise en évidence et deviendra indissociable du canard, le rendant aussi irrésistible qu'attractif.

Donald dans Orphan's Benefit (1934)

L'irritabilité de Donald, habilement complémentaire avec la pondération de Mickey, les destinaient tous deux à faire équipe, avec la complicité bonhomme de l'étourdi Dingo, dans une série de courts-métrages plus divertissants les uns que les autres qui connurent un succès fulgurant et marquèrent à jamais l'animation américaine puis mondiale. Donald devait également apparaître à l'écran uniquement avec Dingo et plus rarement avec Pluto.

En 1935, The Band Concert constitue la première apparition de Mickey dans un film en couleur. Tous ses amis sont présents et forment un orchestre (dirigé par lui-même) interprétant "Guillaume Tell". C'est pourtant Donald qui s'en approprie tout l'éclat. Après avoir tenté, bruyamment, de vendre des glaces aux spectateurs, il décide de se joindre aux musiciens en tant que flûtiste entonnant "Turkey in the Straw", peu compatible avec la mélodie de Rossini, et malgré cela rapidement imité par les autres membres de la fanfare.

A titre anecdotique, en 1928 dans Steamboat Willie, sous le même air musical, Mickey malmène entres autres... un canard. La tornade s'abattant sur cette brave troupe la perturbera moins que les pitreries du canard.

Autre fait intéressant, l'année 1935 voit également la production,du film "A Night at the Opera" de Sam Woods avec les Marx Brothers aux sommet de leur art. Lors de la représentation finale mettant en scène "Le trouvère" de Verdi, l'orchestre se met brusquement à jouer "Take Me Out at the Ball Game", les partitions ayant été interverties par Chico et Harpo. Au même moment Groucho fait irruption dans le public en "proposant" des cacahuètes qu'il préfère disperser au quatre coins de la salle. Difficile de ne pas songer aux exploits de Donald face à ceux des trois frères.

A peu près à la même période la bande dessinée devient le nouveau domaine d'action de Donald sous la plume d'Al Taliaferro de manière régulière et celle de Floyd Gottfredson de manière épisodique. Plébiscité par un public de plus en plus enthousiaste, Donald obtient sa propre série de courts-métrages en 1937.

Le 9 janvier de cette même année, il apparaît dans le cartoon Don Donald où il se présente comme un musicien romantique officiant au cœur du Mexique et courtisant la belle Donna Duck. Détenteur d'une série dédiée, Donald devait aller encore plus loin en ayant son propre univers. Son entourage allait commencer à se développer sensiblement et lui faire bénéficier d'une véritable identité.

Le 15 avril 1938 dans Donald's Nephews, trois petits diables font leur entrée dans la vie de Donald. Un courrier de sa sœur Dumbella l'informe de la venue de ses trois fils, Huey, Dewey et Louie (en réalité leur première véritable apparition date du 17 octobre 1937 dans un strip d'Al Taliaferro). Réjoui, Donald va vite déchanter devant l'hyperactivité de ses neveux qui ne le quitteront pratiquement plus. Le caractère des garnements allait évoluer. Studieux, ils allaient devenir par moment plus raisonnables que leur oncle, rattrapant parfois ses erreurs ou se vengeant de ses propres farces (en revanche Dumbella restera la grande absente des aventures de son illustre frère).

En 1939, Donald reçoit l'insolite visite de son cousin, Gus Goose (Donald's Cousin Gus). Doté d'un appétit gargantuesque, Gus s'empresse de réduire l'opulent repas de notre canard en des proportions infinitésimales malgré les recommandations écrites de sa tante Fanny, mère de Gus. L'imposant jars effectuait là son unique apparition cinématographique et on ne peut que le regretter tant le personnage est cocasse.

En 1938, Donald fit un bref retour aux Silly Symphonies dans Mother Goose Goes Hollywood, brillante adaptation en cartoon des comptines anglo-saxonnes les plus populaires interprétées par le tout Hollywood où il faisait jeu égal avec les plus grands du septième art. Un an plus tard dans The Autograph Hound, Donald cherche à s'introduire à Hollywood afin d'obtenir des autographes de ses vedettes favorites. Après milles péripéties et une fois son identité dévoilée, le canard allait devenir la cible d'une redoutable chasse à l'autographe. En 1933, Mickey était lui aussi honoré par le monde du cinéma dans Mickey's Gala Premier, mais sous la forme d'un songe alors que l'hommage rendu à Donald est bien réel.

Une autre rencontre, et non la moindre, attend Donald en 1940. Dans Mr Duck Steps Out, avec une élégance raffinée et un entrain sémillant, il se rend à un rendez-vous avec sa chère fiancée Daisy. Rendez-vous hélas perturbé par la présence de ses "adorables" neveux. Le dénouement sera tout de même en faveur de Donald.


Douce et ravissante, Daisy fera pourtant preuve en certaines occasions d'un tempérament aussi volcanique que son soupirant, même si les colères de la belle cane exploseront toujours pour des motifs plus limpides. A ce propos, il est nécessaire de souligner un détail important. La première entrevue de Donald avec Daisy est sujette à débat. En effet, une forte similitude subsiste entre Daisy et Donna Duck, premier amour de Donald. Certains spécialistes avancent l'hypothèse qu'il s'agit bien de Daisy sous un nom différent, mais d'autres soutiennent que Daisy et Donna sont deux personnes bien distinctes (cette deuxième option sera utilisée en littérature).

L'entrée en guerre des Etats-Unis, en décembre 1941, marqua un tournant important dans la carrière de Donald qui évoluera d'une manière plutôt inattendue. Le canard devint le protagoniste d'une série de courts-métrages de propagande chargés de sensibiliser le public aux besoins de mobilisation ou encore de soutenir activement l'effort de guerre. C'est à cette époque que l'on peut découvrir son patronyme complet: Donald "Fauntleroy" Duck.

Der Fuehrer's Face (1943), charge virulente anti-nazie ayant pour cadre une Allemagne angoissante est à citer ainsi que The Spirit of 43 (1943). Dans ce film, Donald ne sait trop que faire de son argent. Sa mauvais conscience, présentée comme un dandy écervelé l'incite à le dépenser dans des loisirs inutiles alors que sa bonne conscience, matérialisée sous les traits d'un écossais, lui conseille plutôt de payer ses impôts afin de soutenir l'effort de guerre. Donald optera pour la seconde solution en faisant preuve de moyens très percutants.

Pour l'histoire, l'écossais en question annonce le futur personnage de Picsou (Scrooge Mcduck en VO) et ce n'est pas un hasard si Carl Barks, géniteur du milliardaire, fait partie à cette époque de l'équipe d'animateurs de la série des Donald Duck qu'il quittera pour se consacrer pleinement aux aventures du canard en bande dessinée, lui constituant un univers hors du commun.

En 1942, Donald se voit obtenir un rôle dans le long-métrage Saludos Amigos, espérant visiter l'Amérique du sud et ses montagnes enchanteresses à dos de lama ignorant que celui-ci est atteint du mal des hauteurs. Deux ans après cela, dans The Three Caballeros, mélange d'animation et de prise de vues réelles, un rôle plus travaillé lui est attribué et on peut le voir fraterniser avec José Carioca, le perroquet brésilien (déjà aperçu dans Saludos Amigos) et Panchito, le coq méxicain. Ces deux là n'allaient pas manquer de faire découvrir à Donald leurs merveilleux pays respectifs et ce dernier n'allait pas se montrer avare de curiosité sur ces différentes cultures.


Ces deux chefs d’œuvres, véritables odes à l'Amérique latine, réalisés durant une période dramatique, ne sont probablement pas fortuits. Un grand nombre de ressortissants européens, plutôt favorables à l'alliance italo-germanique instaurée par Adolf Hitler et Benito Mussolini, peuplaient à ce moment là l'Amérique du sud. Propager des messages d'amitié et de solidarité entre l'Amérique du Nord et celle du sud à travers des oeuvre universelles tels que les films de Walt Disney était une entreprise fort judicieuse.

Donald devint ainsi l'ambassadeur de la gaieté et de la joie de part le monde, aux détriments de Mickey qui vit la production des cartoons le mettant en vedette diminuée considérablement et sa popularité s'amoindrir, malgré son apparition marquante dans le merveilleux "Fantasia" (1940).

Parallèlement à son activité patriotique, Donald conserva son statut de citoyen moyen malchanceux, se trouvant même sur la route de Pat Hibulaire (Black Pete en VO, que Donald avait déjà croisé l'année de ses débuts dans The Dognapper"), dans The Riveter (1940), Timber (1941) ou même Bellboy Donald (1942) où il retourna toujours les situations les plus laborieuses à son avantage.

La guerre terminée, Donald revint pleinement à ses premiers exploits: les délicieux tracas de la vie quotidienne magistralement amplifiés par Disney et son équipe, les rendant désopilants face à l'irascibilité du canard. En 1947, Mickey, Dingo et Donald reformèrent le trio comique de la décennie précédente dans la séquence adaptée du conte "Jack et le haricot magique", intégrée au long-métrage Fun and Fancy Free et relaté par Jimmy Criquet et le comédien ventriloque Edgar Bergen, sans oublier la pittoresque participation de ses compagnons Charlie Mcarthy et Mortimer Snerd.

Intéressant, ce film demeure tout de même mineur dans la filmographie de Walt Disney en comparaison des longs-métrages antérieurs plus ambitieux. La tentative de remettre sur le devant de la scène l'association des trois amis ne sera, hélas, qu'un feu de paille.

Durant sa longue carrière à l'écran, Donald explora tous les styles et tous les genres y compris celui de l'épouvante dans Donald Duck and the Gorilla (1944) où il doit faire face, avec ses neveux, à un effrayant gorille du nom d'Ajax, échappé d'un zoo et investissant leur maison et même le surnaturel avec Trick or Treat (1952) dans lequel, ses trois neveux font équipe avec une authentique sorcière nommée Hazel dans le but de se venger des moqueries de leur oncle.

Une multitude d'adversaires sont venus enrichir l'environnement de Donald parmi lesquels se distinguent les deux petits tamias Tic et Tac (Chip et Dale en VO). Apparus anonymement en 1943 dans Private Pluto, éreintant le brave canidé, ils allaient devenir les deux opposants privilégiés de Donald. Chose surprenante et agréable, les deux petits rongeurs allaient devenir les vedettes d'une éphémère série de cartoons mais ceci est une autre histoire.

Dans le courant des années 1950, la concurrence féroce de la télévision obligea les studios de cinéma à se séparer de leurs équipes d'animation contraints de réaliser des économies face à la crise que traversait le cinéma hollywoodien. Les studios Disney, plus importants studios spécialisés dans l'animation, réussirent à aborder cette situation avec plus de précautions que leurs homologues.

Malheureusement, la rivalité de la télévision fut impitoyable. Mickey disparut des écrans en 1953. Donald, toujours au plus haut de sa renommée, fit ses premiers pas en cinémascope dans Grand Canyonscope (1954). Il retrouve à cette occasion le lion Louie (s'apparentant plus à un puma très présent en Amérique du nord) rencontré en 1950 dans Lion Around.

Sensée concurrencée à son tour le petit écran, cette méthode techniquement ingénieuse et artistiquement intéressante, donnait une touche impressionnante aux cartoons mais une chose était sûre, les graphismes fascinants des courts-métrages de naguère étaient bien loin. Après son apparition dans quelques dessins animés éducatifs, Donald se retira du cinéma au début des années 1960.

La fin de la production Disney de courts-métrages animés pour le grand écran, marqua la fin d'une époque. Mais la notoriété de Donald ne cessa de grandir. Présent en bande dessinée depuis les années 1930, il devait acquérir une gloire mondiale et devenir un des personnages les plus célèbres de la culture contemporaine.

En 1983, dans Mickey's Christmas Carol, Donald effectua son grand retour au cinéma, aux côtés de Mickey et de la plupart des personnages phares du monde merveilleux de Disney. Interprétant Fred, neveux d'Ebenezer Scrooge campé par son véritable oncle Picsou, son rôle est bref mais gracieux dénotant avec ce à quoi il nous avait habitué ! Unique survivant de l'équipe de doublage initiale, Clarence Nash prêtait sa voix au canard pour la dernière fois (hormis pour les spots commerciaux et les documentaires) dans ce film à la fois drôle et émouvant.

Une autre anecdote poignante suivra de très près la production de ce court-métrage sorti en décembre 1983. En mai 1984, Clarence Nash posa son empreinte devant le fameux Grauman's Chinese Theatre à Los Angeles là où Donald l'avait précédé d'une empreinte de palme plusieurs années auparavant. Il survivra de peu à cet hommage tardif. Clarence Nash décéda le 20 Février 1985 à Glendale, en Californie, laissant bien tristes des cohortes d'admirateurs. Il accéda ainsi à l'immortelle reconnaissance comme génie incontestable du doublage.

En 1988, Donald se produisit dans Who Framed Roger Rabbit. Il s'adonnait ici à un inoubliable numéro musical au piano en duo avec Daffy Duck, que certains médias ont stupidement présenté comme son rival alors que tous deux ont servi la même noble cause: le plaisir du spectateur. Il est plaisant de remarquer également que Daffy est apparu pour la première fois à l'écran en avril 1937, trois mois après que Donald obtienne sa propre série, mais sous les traits d'un vrai canard sauvage alors que Donald, en 1934, était présenté avec un design plus "anthropomorphisé".

The Prince and the Pauper d'aprés Mark Twain, en 1990, marque sa dernière apparition dans un moyen-métrage cinématographique, en serviteur dévoué à son monarque Mickey (si l'on excepte sa participation à Fantasia 2000). Avec l'idée séduisante d'incorporer un canard aux fréquentations du brave Mickey, Walt Disney et son équipe avaient une fois de plus fait preuve d'une extraordinaire clairvoyance. Etayé par le talent de Clarence Nash, ils n'avaient pas créé "qu'un" personnage hors norme mais un mythe toujours plus vivace au fil du temps. Et c'est tant mieux !


Filmographie

128 épisodes listés
52 courts métrages ont déjà été analysés. 


Précédentes apparitions

    1934 : The Wise Little Hen (Une Petite Poule Avisée) (série Silly Symphonies)
    dans la série Silly Symphonies
    dans la série Mickey Mouse

Année 1937

    Don Donald
    Modern Inventions (Inventions modernes)
    Donald's Ostrich (L'Autruche de Donald)

Année 1938

    Self Control ( Le Sang-froid de Donald)
    Donald's better self (L'Ange gardien de Donald)
    Donald's Nephews (Les Neveux de Donald)
    Polar Trappers (Trappeurs arctiques)
    Good Scouts (Bons Scouts)
    The Fox Hunt (La Chasse au renard)
    Donald's Golf Game (Donald joue au golf)

Année 1939

    Donald's Lucky Day (Donald le chanceux)
    The Hockey Champ (Champion de hockey)
    Donald's Cousin Gus (Le Cousin de Donald)
    Beach Picnic (Pique-nique sur la plage)
    Sea Scouts (Scouts marins)
    Donald's Penguin (Le Pingouin de Donald)
    The Autograph Hound (Chasseur d'autographes)
    Officer Duck (Agent Canard)

Année 1940

    The Riveter (Donald le riveur)
    Donald's Dog Laundry (La Blanchisserie de Donald)
    Billposters (Colleurs d'affiches)
    Mr. Duck Steps Out (L'Entreprenant M. Duck)
    Put-Put Troubles (Donald a des ennuis)
    Donald's Vacation (Donald fait du camping)
    Window Cleaners (Nettoyeurs de carreaux)
    Fire Chief (Donald capitaine des pompiers)

Année 1941

    Timber (Donald bûcheron)
    Golden Eggs (La Poule aux œufs d'or).
    A Good Time for a Dime (Donald à la kermesse)
    Early to Bed (Bonne nuit Donald).
    Truant Officer Donald
    Old MacDonald Duck (Donald fermier)
    Donald's Camera (Donald photographe)
    Chef Donald (Donald cuistot)

Année 1942

    The Village Smithy (Donald forgeron)
    Donald's Snow Fight (Donald bagarreur)
    Donald Gets Drafted (Donald à l'armée)
    Donald's Garden (Le Jardin de Donald)
    Donald's Gold Mine (La Mine d'or de Donald)
    The Vanishing Private (Donald se camoufle)
    Sky Trooper (Donald parachutiste)
    Bellboy Donald (Donald Groom d'Hôtel)
    Donald's Decision

Année 1943

    Der Fuehrer's Face
    Donald's Tire Trouble (Donald crève)
    The Flying Jalopy (La Machine volante)
    Fall Out, Fall In (Gauche... Droite)
    The Old Army Game (Facéties militaires)
    Home Defense (À l'attaque)

Année 1944

    Trombone Trouble (Donald joue du trombone)
    Donald Duck and the Gorilla (Donald et le Gorille)
    Contrary Condor (L'Œuf du condor géant)
    Commando Duck
    The Plastics Inventor (Inventions nouvelles)
    Donald's Off Day (Donald est de sortie)

Année 1945

    The Clock Watcher (Donald emballeur)
    The Eyes Have It (Donald et le Fakir)
    Donald's Crime (Le crime ne paie pas)
    Duck Pimples (Imagination débordante)
    No Sail (Donald et Dingo marins)
    Cured Duck (Donald a sa crise)
    Old Sequoia (Le Vieux Séquoia)

Année 1946

    Donald's Double Trouble (Donald et son double)
    Wet Paint (Peinture fraîche)
    Dumb Bell of the Yukon (Donald dans le Grand Nord)
    Lighthouse Keeping (Donald gardien de phare)
    Frank Duck Brings 'em Back Alive (Donald, ramenez-le vivant)

Année 1947

    Straight Shooters
    Sleepy Time Donald (Dodo Donald)
    Clown of the Jungle (Le Clown de la jungle)
    Donald's Dilemma (Le Dilemme de Donald)
    Crazy with the Heat (Déboires sans boire)
    Bootle Beetle (Pépé le grillon)
    Wide Open Spaces (Donald et les Grands Espaces)
    Chip an' Dale (Donald chez les écureuils)

Année 1948

    Drip Dippy Donald
    Daddy Duck (Papa Canard)
    Donald's Dream Voice (Voix de rêve)
    The Trial of Donald Duck (Le Procès de Donald)
    Inferior Decorator (Donald décorateur)
    Soup's On (À la soupe !)
    Three for Breakfast (Le petit déjeuner est servi)
    Tea for Two Hundred (Donald et les Fourmis)

Année 1949

    Winter Storage (Donald forestier)
    All in a Nutshell (Donald fait son beurre)
   Toy Tinkers (Donald et son arbre de Noël)
    Donald's Happy Birthday (Pile ou Farces)
    Sea Salts
    Honey Harvester (Le Miel de Donald)
    The Greener Yard (Jardin paradisiaque)
    Slide, Donald, Slide

Année 1950

    Lion Around (Attention au lion)
    Trailer Horn (La Roulotte de Donald)
    Crazy Over Daisy (Donald amoureux)
    Out on a Limb (Donald blagueur)
    Hook, Lion and Sinker (Donald pêcheur)
    Bee at the Beach

Année 1951

    Corn Chips (Une partie de pop-corn)
    Test Pilot Donald (Donald pilote d'essai)
    Out of Scale (Bon pour le modèle réduit)
    Dude Duck
    Lucky Number (Donald gagne le gros lot)
    Bee on Guard

Année 1952

    Donald Applecore (Le Verger de Donald)
    Let's Stick together
    Uncle Donald's Ants
    Trick or Treat (Donald et la Sorcière)

Année 1953

    Don's Fountain of Youth (La Fontaine de jouvence de Donald)
    The New Neighbor
    Rugged Bear
    Working for Peanuts (Les Cacahuètes de Donald)
    Canvas Back Duck

Année 1954

    Spare the Rod (Donald et les Pygmées cannibales)
    Donald's Diary (L'Agenda de Donald)
    Dragon Around (Le Dragon mécanique).
    Grin and Bear it
    The Flying Squirrel
    Grand Canyonscope (Donald visite le Grand Canyon)

Année 1955

    No Hunting
    Bearly Asleep
    Beezy Bear (Donald et les Abeilles)
    Up a Tree (Donald flotteur de bois)

Année 1956

    Chips Ahoy
    How to Have an Accident in the Home

Année 1959

    How to Have an Accident at Work

Année 1961

    Donald and the Wheel
    The Litterbug